Mobilité

Rapport sur le périphérique parisien : les entreprises n’ont aucune visibilité sur l’impact des mesures envisagées

  • Source : MEDEF Paris
  • Crédits photos : MEDEF Paris

Paris, 03/06/2019

Rapport sur le périphérique parisien : les entreprises n’ont aucune visibilité sur l’impact des mesures envisagées

Le MEDEF Paris s’inquiète qu’aucune étude approfondie n’ait été menée par la Mairie de Paris sur l’impact socio-économique des propositions relatives au périphérique, alors qu’une mise en place à horizon 2020 est envisagée. 

La Mission d’Information et d’Evaluation sur le devenir du périphérique parisien a remis à la Maire de Paris ses conclusions. Le rapport préconise notamment d’« abaisser la vitesse à 50 km/h afin d’améliorer la fluidité du trafic » et de créer une voie réservée  « pour les transports en commun, notamment les futures navettes autonomes, le covoiturage, les véhicules non polluants et les véhicules de secours ».

Ces mesures pourraient être applicables dès 2020. Or, aucune étude approfondie sur leur impact sur l’activité économique n’a encore été menée.  Cette approche est difficilement compréhensible alors même que le quotidien et la qualité de vie des entreprises et des salariés sont susceptibles d’être grandement affectés par cette mesure.

Le MEDEF Paris tient à rappeler que la fluidité des déplacements autour de la ville est cruciale, qu’il s’agisse de livraisons, de mobilité professionnelle ou personnelle, ou encore touristique. Il souhaite également rappeler que tous les salariés ne peuvent pas, ou ne veulent pas, pratiquer le télétravail.

Le MEDEF Paris prend note que le rapport doit être débattu et soumis au vote au Conseil de Paris dès le 11 juin. Il demande qu’une étude approfondie sur l’impact socio-économique des mesures proposées soit menée, et que le point de vue des entreprises soit pris en compte avant toute décision.

« Le MEDEF Paris demande que l’efficacité des propositions soit démontrée par une modélisation des flux. Nous pouvons accompagner la réflexion de la Mairie de Paris en ce qui concerne les conséquences d’un passage à 50km/h sur le périphérique pour les salariés et la vie d’entreprise. »  déclare Jean-Louis Schilansky, président du MEDEF Paris.